Accueil > Expériences > Résultat de la recherche > Le Champ des Possibles

 

Expériences

n°1/1

Le Champ des Possibles

Un projet citoyen exemplaire d'appropriation et de gestion d'une friche urbaine à Montréal

Canada, Province de Québec

Description

Le Champ des Possibles, ancienne friche industrielle du quartier Mile End à Montréal, est un espace vert urbain à usage multiple dans lequel les citoyens voient un modèle de parc naturel et culturel novateur.

Un expert en biodiversité urbaine et une artiste sont à l'origine de la création en 2010 des Amis du Champ des Possibles. Le projet de cette association composée de citoyens du Mile End concerne l’aménagement du site pour l’utilisation par la biodiversité et les humains. Elle assure sa conservation et son partage en espace public vert et Réserve de Biodiversité Urbaine.

Histoire

L’idée de ce projet provient de la rencontre d’un expert en biodiversité urbaine (Roger Latour) avec une artiste (Emily Rose-Michaud) qui utilisait déjà le site comme lieu de création artistique. Chacun à sa manière voyait le Champ comme un endroit unique. Pour l’une, il s’agissait d’un endroit ayant sa propre expression créative de par la régénération de sa végétation ; pour l’autre, cela représentait un lieu susceptible d’être productif pour la biodiversité grâce à la présence de la voie ferrée laquelle permet un passage, certes tortueux, à la nature pour entrer en ville.

À ce moment, l’artiste mettait sur pied le jardin de Roerich en collaboration avec plusieurs résidents du quartier soucieux de préserver le site. Elle y traça notamment un symbole Roerich, du nom de l'artiste qui fut à l'initiative du Traité concernant la protection des institutions artistiques et des monuments historiques en 1935.

De son côté, le naturaliste tentait de changer la façon qu’on a de voir les friches en ville, c'est à dire autrement qu’un simple gaspillage de terrain, ces endroits permettant à la nature de s’immiscer en milieu urbain et de s’y intégrer en remplissant des fonctions urbaines comme la mitigation des îlots de chaleur ou sociales en permettant aux citadins de se reposer de la vie urbaine et de se reconnecter à la nature.

Le terrain lui-même a été une gare de triage depuis longtemps désaffectée. La nature sauvage s'y est réinstallée et on a pu y dénombrer quelques 300 espèces végétales et animales, dont des mouffettes, des renards et des faucons pèlerins.

En 2010, une association a été créée dans le but de protéger ce qui était déjà nommé le Champ des Possibles. Les citoyens du quartier se sont alors peu à peu réapproprié cette friche industrielle, notamment en y aménageant des jardins potagers, en organisant des concerts, en nettoyant et en entretenant la parcelle. 

Les citoyens impliqués dans l’organisme sans but lucratif Les Amis du Champ des Possibles (ACDP) ont progressivement développé une nouvelle vision de réappropriation des terrains vacants urbains. Cette vision axée sur la conservation et la mise en valeur du site a permis de le faire classer « zone verte » et de signer un accord officiel de co-gestion entre les Amis du Champ des Possibles et l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. Cette innovation majeure dans la gouvernance d’espace public positionne l'association porteuse du projet comme le lien permanent entre les visions citoyennes et municipales.

Le Champ des possibles : une foule d'usages réels et potentiels

Désormais, le site est devenu :

  • Une source d'inspiration pour les artistes du quartier et d’ailleurs
  • Un lieu idéal pour s’éduquer sur la faune et la flore
  • Un lieu idéal pour pique-niquer et jouer
  • Un point de rencontre pour divers événements sociaux et culturels
  • Un lieu de transit entre le Mile End et le Plateau Mont-Royal pour cyclistes et piétons

En savoir plus sur les différents volets du projet sur le site des Amis du Champ des Possibles

Biodiversité du Champ des Possibles : Des citoyens publient un livre présentant la faune et la flore d'un terrain vague situé en plein Montréal


© Biodiv’ille - Mentions légalesFinanceursPlan du site - Contact - Crédits