Accueil > Expériences > Résultat de la recherche > + de biodiversité pour mon quartier !

 

Expériences

n°1/1

+ de biodiversité pour mon quartier !

Une démarche pilote transposable

France

Description

La démarche pilote "+ de biodiversité pour mon quartier !" vise à rendre les jeunes de quartiers urbains acteurs de leur propre découverte de la biodiversité locale, de sa préservation et de sa valorisation. Elle s'appuie sur la science participative et sur la démocratie participative. Elle a été menée entre septembre 2015 et juilet 2016 dans les quartiers Masséna et Kellermann (Paris 13ème).

Dans chaque quartier, les jeunes commencent par découvrir en immersion la faune et la flore locales grâce à des protocoles de science participative adaptés à la rue ou aux espaces verts collectifs et en réalisant un diagnostic de la biodiversité du quartier intégrant des rencontres d’acteurs et des enquêtes auprès des habitants.

Ensuite, ils vivent une expérience de démocratie participative par quartier, qui permet de faire émerger des idées pour améliorer la préservation et la valorisation de cette biodiversité. Puis ils concrétisent au moins une de leurs idées. 

Enfin, les jeunes partagent leur expérience et leurs idées avec élus et habitants.

Objectifs

  • Donner accès à la nature "de proximité" aux jeunes de plusieurs quartiers
  • Rendre les jeunes acteurs de leur découverte de la biodiversité et de sa préservation
  • Amener les jeunes à réaliser un diagnostic de la biodiversité locale
  • Faire vivre aux jeunes une expérience de démocratie participative autour des enjeux liés à la biodiversité urbaine
  • Créer du lien entre jeunes et autres habitants

Bilan

60 jeunes des quartiers Masséna et Kellermann (Paris 13ème) ont découvert la biodiversité locale, enquêté, débattu et proposé des idées pour la renforcer et la valoriser. Ils ont réalisé un diagnostic de la biodiversité de leur quartier, puis ils ont obtenu l’engagement d'un élu pour concrétiser certaines de leurs idées.

En fin de projet, ils ont végétalisé l'espace public (à ce stade 36 bacs pour potelets de trottoir et 4 pieds d'arbres jardinés), puis à leur tour, ils ont sensibilisé 950 habitants lors des phases de partage d’expérience.

Après une première année aux résultats très positifs (2015-2016), nous avons étendu la démarche à 2 autres quartiers et nous souhaitons désormais en parallèle concevoir des outils pédagogiques et de communication permettant à toute structure intéressée de s'approprier la démarche.

Difficultés, solutions, conseils

Plusieurs façons de mobiliser

Précisons que nous étions déjà intervenus dans ces quartiers auprès des jeunes lors de projets antérieurs et que nous avions donc déjà constaté pour le quartier Kellermann qu’un simple affichage avec 1 ou 2 stands de présentation ne suffisait pas pour mobiliser.

Nous avons donc déployé une énergie importante sur ce volet : pour mobiliser les jeunes et les familles, en plus d’un important affichage, nous avons présenté le projet sur 6 stands de sensibilisation ludiques à l’entrée de résidences collectives, sur l’espace public et dans les locaux de certaines structures, puis nous nous sommes appuyés sur les enfants participant déjà aux activités proposées localement par plusieurs associations de quartier, un centre social et un centre de loisirs, ou encore sur des familles impliquées dans un jardin partagé.

Des contraintes pour impliquer les jeunes de tous les âges

Nous avons choisi d’ouvrir le projet aux jeunes de 7 à 17 ans, en proposant des activités différentes selon les tranches d’âges. Ce fonctionnement à amener plusieurs contraintes.

Certaines activités ont été proposées pour une classe d’âge bien ciblée, mais nous avons souvent été obligé de proposer une activité pour les jeunes de 7 à 17 ans, et, en fonction des inscrits, de prévoir plusieurs animateurs afin de proposer des sous-activités en fonction de l’âge. Par exemple, dans le cas des débats, nous avons eu parfois 3 animateurs débattant avec les 7-10 ans, les 11-14 ans et les 15-17 ans, avec en fin de séance une présentation des idées en commun.

Concernant notre approche de découverte de la biodiversité par la science participative, il a fallu amener des adaptations afin de permettre aux plus jeunes de s’impliquer dans certaines démarches de science participative, par exemple en associant le protocole de science participative « Sauvages de ma rue » à une « chasse au trésor à la découverte des plantes du quartier ».

Recours à plusieurs dispositifs pour impliquer les jeunes dans la vie locale et valoriser leurs idées

Afin d’impliquer les jeunes dans la vie locale et de valoriser au mieux leurs idées, nous avons eu recours à 3 moyens :

  • Ils ont présenté leurs idées en ligne sur le site du budget participatif de la Ville de Paris. L’inconvénient a été l’échéance car la date limite de dépôt des idées ne collait pas parfaitement avec le planning du projet, mais nous y sommes parvenus !
  • Ils ont effectué des demandes de permis de végétaliser à la Ville afin de concrétiser certaines de leurs idées qui concernaient le volet végétalisation. Toutes les demandes ont abouti !
  • Ils ont rédigé une « lettre à un élu » présentant toutes leurs idées et ils en ont effectué des lectures publiques lors des Fêtes de quartier. Pour chaque quartier, cette lecture a pu se faire en présence de l’adjointe au maire du 13ème chargée de la gestion des espaces verts, et elles ont été suivi d’un échange et d’engagements de la part de l’élu, notamment en ce qui concerne la valorisation de la biodiversité par des panneaux pédagogiques.

De la même manière, une fois que les jeunes ont concrétisé certaines idées, il a été important de bien valoriser auprès des habitants le fait que ce travail avait été réalisé par les enfants du quartier. Nous aurions pu prévoir encore plus de temps pour cet aspect du projet, ce que nous avons envisagé pour l'année suivante.

Plus de temps pour l’état de lieux

Certaines propositions émises par les jeunes interféraient avec un projet déjà en cours. Nous aurions probablement pu éviter cela grâce à un état des lieux plus approfondi (concertation plus poussée entre associations).

Porteur(s) de projet

Groupe de Diffusion d'Informations sur l'Environnement (GDIE)


75013 Paris,

gdie.contact@gmail.com

Partenaire(s) : Partenaires financiers : Fondation Nature et Découvertes, Ville de Paris, Graine Ile-de-France, Paris Habitat OPH. Partenaires techniques et pédagogiques : Vigie-Nature, Centre social et culturel 13 pour Tous, Courant d'Art Frais, ARBP


© Biodiv’ille - Mentions légalesFinanceursPlan du site - Contact - Crédits