Accueil > Expériences > Résultat de la recherche > Mon Espace vert, c'est mon affaire !

 

Expériences

n°1/1

Mon Espace vert, c'est mon affaire !

Pour sensibiliser les écoliers montréalais à la préservation des milieux naturels et de leur biodiversité en ville

Canada, Québec

Description

Ce projet de médiation culturelle permet aux élèves de mieux saisir l’importance des milieux naturels urbains et de poser des actions concrètes dans leur milieu de vie. Un intervenant de GUEPE accompagne les élèves afin de découvrir la richesse d’un espace vert situé près de leur école. Une visite à la TOHU les amène à connaître l’histoire de cet ancien site d’enfouissement des déchets qui se transforme petit à petit en grand parc urbain. Puis, une visite dans un parc-nature permet aux élèves d’explorer la biodiversité d'espaces verts protégés en milieu urbain. Le projet se termine avec un événement où chaque classe propose des solutions pour protéger, valoriser, ou aménager un espace vert près de l’école.

Objectifs

Le projet a plusieurs objectifs dont celui que l'élève s'approprie l'espace vert en tant que citoyen. Suite à l'expérimentation de la démarche, nous souhaitons que l'élève se sente dorénavant plus concerné par la préservation des milieux naturels en ville. Ultimement, les participants deviendront des agents de changement capable de sensibiliser leur entourage.

Bilan

Les élèves participants repartent avec une prise de conscience du patrimoine naturel. Que ce soit dans les petits parcs urbains ou dans les grands parcs-nature, l'importance de la biodiversité est primordiale dans un milieu urbanisé comme la ville de Montréal. Les enfants ont également l'opportunité d'enrichir leur vocabulaire en plus de leurs connaissances des espèces animales et végétales. En effet, en expérimentant les trois volets du projet, les élèves vivent de nouvelles expériences et font toutes sortes de découvertes du milieu naturel local. C'est donc une façon d'en apprendre plus sur les espèces indigènes et ce, par le biais d'un contact renforcé avec l'univers naturel.

Bien que le rôle des éducateurs-naturalistes soit de les sensibiliser face à l'enjeu de la préservation des espaces verts urbains, les élèves peuvent aller jusqu'à développer un sentiment d'appartenance avec ces espaces verts publics. Ils sont alors bien outillés pour devenir à leur tour un agent de changement.

Difficultés, solutions, conseils

La principale difficulté rencontrée réside dans les peurs et croyances que les enseignants et les enfants se font du milieu naturel. Plusieurs appréhendent le contact nature par manque d'expériences vécues à l'extérieur du cadre scolaire. Souvent, les enfants n'ont comme seules connaissances du milieu naturel les documentaires sur les dangers de la vie sauvage, les grands prédateurs, les animaux les plus venimeux. Il est donc normal qu'ils soient craintifs à l'idée de s'immerger dans un espace vert et d'expérimenter par le toucher. Pour désensibiliser ces craintes mal fondées, il faut leur faire vivre des expériences positives et stimulantes. Le simple fait de s’asseoir sur la pelouse, à l'ombre d'un arbre, représente une nouvelle expérience pour bon nombre des élèves citadins. L'éducateur-naturaliste doit donc amener les participants à vivre le contact nature sans les brusquer afin de favoriser un lien positif entre l'enfant et l'environnement naturel.

 

Porteur(s) de projet

GUEPE (Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement)

1, avenue Oakridge
H4K 2C5 Montréal, Qc, Canada

Pin Antoine, Responsable des Services Professionnels

antoinepin@guepe.qc.ca

+1 514 280 6749

Partenaire(s) : L'organisme « Une école montréalaise pour tous » est l'initiateur de la démarche. L'organisme de la TOHU est partenaire dans la tenue des animations et reçoit les groupes d'élèves lors de la deuxième sortie.


© Biodiv’ille - Mentions légalesFinanceursPlan du site - Contact - Crédits